La socialité est pour moi le meilleur de l'humain. Elle est cette altérité du visage qui m'interpelle.   Emmanuel Levinas, La proximité de l'autre

Emmanuel Levinas
+ Un homme, une vie
+ Oeuvre et écrits
+ Bibliographie
+ Lévinas de A à Z
+ Librairie en ligne
+ Un livre, un auteur

Espace philosophique

Dimension internationale

Outils pédagogiques

Dialogue

contrilogo.gifContributions|Henri Duthu - Philosophes et nouvelle physique

POSITION DES PHILOSOPHES FACE À LA NOUVELLE PHYSIQUE
 
a) La parenté cachée du physicien Bohr (1885- 1962) avec Husserl (1859-1938)
 
Bohr, n’a cessé de se référer avec insistance à la relativité générale[1] on peut « dire à d'autres hommes ce que nous avons fait et ce que nous avons appris ». Tandis qu' Einstein raisonnait, s'agissant de physique quantique, sur la réalité physique sans s'interroger sur les moyens de lui donner un sens, Bohr refaisait à chaque pas la même démarche : quel est le sens de la coordonnée (ou de la quantité de mouvement) ? Pour le savoir, il ne faut pas seulement chercher par quels procédés matériels on mesure ces grandeurs, mais aussi comment On voit ici le souci de communication converger avec les préoccupations d’Husserl. Lisons par exemple L'origine de la géométrie : Husserl y montre la géométrie comme «tradition devenue vide de sens », faute de la « réactivation des activités originaires enfermées dans les concepts fondateurs ». De plus, il montre comment les idéalités géométriques, d'abord surgies dans la conscience du «premier inventeur », atteignent à une objectivité idéale grâce à la médiation du langage : l'humanité est d'abord communauté de langage ; le monde objectif, dans la mesure où tout ce qu'il contient peut être nommé, présuppose les hommes et leur langage universel, qui de son côté se rapporte au monde.
La convergence de pensée entre Bohr et Husserl est encore plus manifeste à propos de la notion de phénomène. Bohr a pour habitude de revenir au sens étymologique, mais le précise et l'enrichit considérablement. Le phénomène, dans le domaine quantique, concerne les objets microscopiques, mais pas eux seuls : il est leur manifestation dans des conditions expérimentales déterminées. Non seulement la description du phénomène ne peut faire abstraction de ces conditions, mais encore – selon l'énoncé du postulat quantique – le phénomène lui-même n'a pas de «réalité physique autonome » par rapport à elles. Ces conditions, enfin, sont humaines de quelque façon. S'il faut, en effet, les décrire en termes de concepts classiques, c'est que ceux-ci sont seuls compatibles, selon Bohr, avec le «langage ordinaire » et les « définitions pratiques ». Seuls compatibles avec l'expérience de l'espace, du temps et du mouvement que nous devons à notre vie d'êtres corporels.
       Voici maintenant Husserl, qui exige de son lecteur « l'abandon des attitudes naturelles liées à notre expérience et à notre pensée, bref un changement radical d'attitude ». Nous sommes ici très près de la « révision radicale de notre attitude envers la réalité physique » que demande Bohr. Comme les autres physiciens, Einstein pose l'objet comme une évidence première et croit pouvoir dans tous les cas mettre de côté sans examen son mode d'apparaître instrumental ou sensoriel ; celui-ci, en tant que tel, n'a rien à nous dire sur l'objet, pas plus que l'enveloppe qui contient une lettre ne nous révèle le contenu de la missive. Pour Bohr, au contraire, le dispositif expérimental qui fait apparaître telle ou telle grandeur physique contribue non seulement à la définition de cette grandeur, mais encore à celle de l'objet qui en est porteur. A nouveau, nous sommes tout près de la phénoménologie husserlienne pour qui, selon la formule de Lévinas, « Les modes d'apparaître de la chose ne sont pas des caractères ajoutés, par les procédés de la connaissance, à la chose existante ; ils font son existence même ».
       Un dernier essai d'éclairage philosophique fera saisir encore mieux, peut-être, l'originalité de Bohr en même temps que sa parenté cachée avec Husserl. Il s’agit de la notion « d’être ». Qu'est-ce que cela veut dire, être ?» Voilà la question, en effet.
Les philosophes se la posaient au moins depuis Aristote ; ils avaient inventé le mot ontologie pour désigner le savoir sur l'être. Husserl a fait une percée décisive en posant qu'il y a des régions de la réalité, et que (pour reprendre encore une expression de Lévinas) « être ne signifie pas la même chose pour chacune de ces régions». L'ontologie générale ne suffit donc pas : il faut des ontologies régionales.
Galilée, dit Husserl, a découvert l'ontologie de la nature : c'est la géométrie. Cela signifie simplement ceci : les objets matériels ont pour essence d'être des « choses étendues » et d'avoir à chaque instant une position déterminée[2]. Mais si on lit Galilée à la lumière des analyses de Bohr, il faut ajouter que l'ontologie galiléenne comprend aussi un second principe, aussi important que le premier : les objets physiques sont détachables des conditions de leur manifestation ; ils existent indépendamment d'elle, et peuvent donc être étudiés (au moins théoriquement) comme tels. Pour imposer ce principe, Galilée a combattu ceux qui refusaient de croire à la réalité des satellites de Jupiter et des montagnes de la Lune, en arguant que ces objets n'étaient visibles qu'à travers une lunette astronomique et n'étaient donc que des créations de cette lunette, des artefacts purs et simples. L'importance de ce principe n'est pas diminuée par le fait qu'il découle du premier.
La portée de la mécanique quantique, telle que Bohr l'a comprise, apparaît maintenant plus clairement. Le postulat quantique signifie que le second principe de l'ontologie galiléenne ne vaut pas pour les objets quantiques : ceux-ci ne sont pas détachables des conditions matérielles de leur manifestation, ils y adhèrent au contraire plus ou moins complètement. Comme le second principe galiléen découle du premier, sa fausseté implique celle du premier : les objets quantiques ne sont pas des « choses étendues », en ce sens qu'ils n'ont pas nécessairement à chaque instant une position déterminée. Bohr a précisé ce qu'il faut entendre par là dans ses analyses sur la complémentarité des descriptions causale et spatio-temporelle.
L'interprétation husserlienne de la découverte méthodologique de Galilée comme la formulation d'une ontologie régionale nous conduit donc tout naturellement à deux conclusions, l'une générale, l'autre concernant la mécanique quantique selon Bohr. La thèse générale, due à Husserl, est que chaque science s'occupe d'une région déterminée, et que par suite elle doit être fondée sur l'ontologie régionale correspondante.
D'où une conséquence polémique dont l'importance s'est accrue depuis Husserl : « La vraie méthode est commandée par la nature des objets de la recherche et non par nos préjugés et nos anticipations ». Les disciplines qui ne cessent de pousser comme des champignons, et qui se bornent à copier les méthodes de la physique (par exemple la psychologie « scientifique » déjà dénoncée par Husserl), sans s'être jamais demandé si la région qu'elles étudient relève vraiment de l'ontologie galiléenne – ces
disciplines usurpent le nom de sciences[3].
La thèse concernant la mécanique quantique découle des analyses qui précèdent : on a découvert au XXe siècle une nouvelle région du monde physique, la région quantique, pour laquelle l'ontologie régionale de Galilée ne vaut plus. Le postulat quantique de Bohr exprime le fondement ontologique de la mécanique quantique, il définit l'ontologie quantique. Le principe fondamental de cette ontologie est que les objets quantiques sont adhérents aux conditions de leur manifestation.
Le caractère ontologique de la différence entre physique classique et physique quantique explique pourquoi il était si difficile de comprendre la mécanique quantique au moment de sa création, et pourquoi cela reste aujourd'hui (même si quelques physiciens le nient peut-être) tout aussi difficile. En effet, les fondements ontologiques de la physique classique s'obtiennent à partir de l'ontologie du monde réel par deux opérations.
. Il faut d'abord amputer le monde réel, non seulement des « qualités secondes » des objets (couleur, odeur, goût...), comme l'expliquait Galilée dans le passage cité plus haut, mais plus généralement de leurs propriétés usuelles (par exemple leur utilité ou leur danger) et des valeurs qui leur sont attachées (importance, beauté, désir, crainte...).
. Il faut ensuite préciser ce qui reste : l'exactitude absolue inhérente à la géométrie est étrangère au monde réel. Amputer et préciser sont certes des opérations qui n'ont rien d'anodin ; mais il reste quand même des traits communs importants entre le monde réel et celui des physiciens classiques. D'abord, dans le monde réel aussi nous avons affaire à des objets spatiaux. Ensuite, s'il est vrai que dans le monde réel les conditions de la manifestation d'une chose ne sont pas des détails dont on peut faire abstraction (comme le physicien, quand il théorise, fait abstraction de la procédure expérimentale qui lui a permis de mettre en évidence l'objet de son étude) – s'il est vrai que les modes d'apparaître d'une chose réelle « font son existence même » (selon l'expression de Lévinas commentant Husserl) – il n'en reste pas moins qu'à travers ces modes d'apparaître, à travers le flux des sensations constamment changeantes, la conscience atteint une chose unique, identique à elle-même ; si différentes que soient les images de la cathédrale de Rouen aux différentes heures du jour qu'a peintes Monet, nous savons pourtant – sans quitter pour autant le monde réel, sans devenir physiciens un seul instant – que ces images sont celles d'un objet unique, celui précisément que désignent les mots « cathédrale de Rouen ».
L'ontologie de la physique classique, si différente soit-elle de celle du monde réel (du monde de la vie, comme disait Husserl), est donc encore proche, en un sens, de celle-ci. Cette relative proximité, cette parenté du monde de la vie et du monde de la physique classique est le fondement de
l'illusion des physiciens, qui croient dur comme fer que ces deux mondes
n'en font qu'un. (Comme nous vivons à « l'âge de la science », les illusions
des scientifiques sont partagées par beaucoup d'autre gens). Mais cette même parenté permet aussi d'utiliser en physique classique bien des intuitions formées par l'expérience du monde de la vie.
Par contre la région quantique a des propriétés bien plus paradoxales, bien plus contre-intuitives que la région de la physique classique. Son ontologie bat carrément en brèche celle du monde réel. L'effort que nous tentons spontanément pour constituer, à partir de plusieurs résultats d'expérience, un objet unique (une «cathédrale de Rouen »), échoue ; il est définitivement voué à l'échec, pour les raisons qu'a découvertes Bohr et que l’on tente d'expliciter en parlant de la région quantique. C'est bien cela que désignait Bohr au début, quand il parlait de l'« irrationalité » de la théorie quantique. Il se rendit compte par la suite que ce terme était impropre et cessa de l'utiliser.
 
b) L’opposition entre deux conceptions des rapports entre philosophie et science   
 
De Bergson (1859-1941) à Bachelard (1884-1962), selon Gérard Chazal[4], nous n’avons pas le passage d’une philosophie quelque peu éloignée de la science en train de se faire à une philosophie instruite des avancées de la physique. On sait que Bergson n’était pas ignorant en matière scientifique et qu’il se tenait parfaitement au courant de ce qui se passait en ce domaine. Son débat avec Einstein en témoigne et relève moins d’une supposée incompréhension de Bergson de la théorie physique que d’une approche philosophique différente. De Bergson à Bachelard nous avons l’opposition entre deux conceptions des rapports entre philosophie et science.
Einstein et la crise de la raison », en particulier dans sa conclusion : « Le monde, outre les névrosés, compte bon nombre de ‘rationalistes’ qui sont un danger pour la raison vivante. Et, au contraire, la vigueur de la raison est liée à la renaissance d’un sens philosophique qui, certes, justifie l’expression scientifique du monde, mais dans son ordre, à sa place, dans le tout du monde humain. » C’est cette conception de la réalité qui fait voir çà Merleau-Ponty après Bergson, des paradoxes tel que celui dit  « d’Einstein, Podolsky et Tosen, dans la théorie de la relativité, paradoxes qui n’existent que dans la mesure où la pensée n’a pas effectué la conversion qu’appelle la nouvelle physique.
La fonction critique de la philosophie chez Bachelard vient en quelque sorte après coup, dans ce qu’il appelle « une histoire jugée » et ne peut pas définir a priori les cadres et la place de la pensée scientifique.
Enfin, pour conclure sur la question de la continuité, il semble bien que les développements les plus récents de la physique atomique en définissant une longueur minimum en-dessous de laquelle la notion même d’espace devient problématique et une durée minimum en-dessous de laquelle la notion de temps n’a plus de sens, longueur et durée de Planck [5] de quatre dimensions, non-localité, intrication quantique, superposition d’états…se sont non seulement de plus en plus éloignés des représentations du sens commun mais s’y trouvent en radicale rupture. Le souhait bergsonien d’une définition des concepts scientifiques en continuité avec les concepts du sens commun, même en ménageant autant d’étapes que l’on voudra ainsi qu’il le disait dans Durée et simultanéité [6] Bachelard l’a assumé sous la forme de la rupture épistémologique., semble devoir être définitivement et radicalement abandonné. Cet abandon,, donne tort à Bergson. Les concepts et les formules de la physique, espace-temps à plus
 
Et conclure avec François Lurçat
 
« Si la difficulté d'accepter l'ontologie quantique est d'abord une difficulté pour ainsi dire corporelle, elle est d'autre part grandement renforcée par la tradition intellectuelle de l'Occident. Il est vrai que Lévinas a pu repérer chez Platon, Aristote, Descartes une thèse qui « aurait dû servir de fondement à une philosophie pluraliste où la pluralité de l'être ne s'évanouirait pas dans l'unité du nombre, ni ne s'intégrerait en une totalité ». Mais la tendance qui affirme ou sous-entend la validité d'une ontologie unique et rejette la notion même d'ontologies régionales a largement prévalu. Chez Einstein on peut voir comment l'influence de Spinoza, en même temps que la passion de la géométrie, l'ont poussé vers le monisme. Par contre la formation philosophique de Bohr, l'influence de Hoffding et sa passion de jeunesse pour Kierkegaard le prédisposaient à se sentir à l'aise dans les ruptures, à accepter le pluralisme.
Dans la lettre-préface des Principes de la philosophie, Descartes écrivait : ‘Ainsi toute la philosophie est comme un arbre dont les racines sont la métaphysique, le tronc est la physique, et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences, qui se réduisent à trois principales, à savoir la médecine, la mécanique et la morale’. Cette conception de la physique comme science centrale et science modèle, cent fois réfutée, est aujourd'hui plus puissante que jamais ; elle va de pair avec la thèse de la validité universelle de l'ontologie galiléenne. Il est donc digne d'attention que la mécanique quantique soit venue – si l'on veut bien accepter la lecture selon Bohr qui vient d'en être proposée – démentir ces vieilles erreurs de l'intérieur même de la physique. Avec Bohr la physique elle-même s'est ouverte à la pluralité de l'être. »
 


[1] La relativité générale (ou généralisée), extension du principe de relativité, consiste en une théorie non euclidienne de la gravitation. Celle-ci prévoit notamment une courbure des rayons lumineux issus des étoiles fixes dès que les rayons passent au voisinage des corps de grande masse ; ainsi une constellation normalement occultée par le Soleil devient visible grâce à la courbure des rayons lumineux.
[2] C'est bien ainsi qu'on peut lire un passage fameux de L'Es­sayeur (Galilée, octobre 1623): «Je dis que je me sens nécessairement amené, sitôt que je conçois une matière ou substance corporelle, à la concevoir tout à la fois comme limitée et douée de telle ou telle figure, grande ou petite par rapport à d'autres, occupant tel ou tel lieu à tel ou tel moment, en mouvement ou immobile (...) et par aucun effort d'imagination, je ne puis la séparer de ces condi­tions ; mais qu'elle doive être blanche ou rouge, amère ou douce, sonore ou sourde, d'odeur agréable ou désagréable, je ne vois rien qui contraigne mon esprit à l'appréhender nécessairement accompagnée de ces conditions (...)» (Trad. Christiane Chauvi­ré).
[3] Voir à ce sujet F. Lurçat et L. Lurçat, De la crise des sciences européennes au désastre de la lecture, chapitre premier de F. Lurçat : « L'autorité de la science », éd. du Cerf, Paris, 1995.
[4] Extrait de l’article intitulé Bergson et Bachelard face à la nouvelle physique, dans l’ouvrage Bachelard Bergson, Continuité et discontinuité, PUF, nov. 2008, p.163-165.
[5] Planck est venu au monde en temps où la physique du continu – natura non fecit saltus – comme Leibniz l’avait écrit était encore souveraine. Mais c’est lui qui, sous la contrainte de la logique interne d’une évolution et de faits nouveaux, a fixé les bornes de la continuité et introduit le saut, par ce concept de quantum élémentaire d’action , à la fois parce qu’elle a les dimensions d’une action (énergie multipliée par un temps) et qu’elle n’intervient en définitive que par multiples entiers. C’était bien introduire une composition granulaire là où tous les physiciens pensaient que la continuité était reine.
[6] « Nous voulons ménager toutes les transitions entre le pont de vue psychologique et le point de vue physique, entre le Temps du sens commun et celui d’Einstein », Durée et simultanéité, Paris, PUF, Quadrige, 1998, p.1.


 Visitez le site de l'auteur : Initiation Philo


Date de création : 05/05/2012 - 14:12
Dernière modification : 05/05/2012 - 14:35
Catégorie : Contributions|Henri Duthu
Page lue 1469 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


Nouveauté


Levinas sur Kindle



Livres de Levinas pour liseuse Kindle


Recherche





Nouvelles RSS

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne


^ Haut ^

Espacethique : l'aventure éthique de la responsabilité à partir de la vie et de l'oeuvre d'Emmanuel Levinas ©  2000-2017

Notice légale | Plan du site | Boutique en ligne @Store | Contact
Conformément à la Loi n° 78-17 du 6 Janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés
vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.
Site déclaré auprès de la CNIL le 4/11/2005 sous n°1131097
« Espacethique participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers amazon.fr/ . »







  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL