La femme accueille son partenaire masculin toujours de face.   E. Levinas, Difficile liberté

Emmanuel Levinas
+ Un homme, une vie
+ Oeuvre et écrits
+ Bibliographie
+ Lévinas de A à Z
+ Librairie en ligne
+ Un livre, un auteur

Espace philosophique

Dimension internationale

Outils pédagogiques

Dialogue

billethumlogo.gifLe billet d'humeur - Représentation

La vulnérabilité, c’est l’obsession par autrui ou approche d’autrui. Elle est pour autrui, de derrière l’autre de l’excitant. Approche qui ne se réduit ni à la représentation d’autrui ni à la conscience de la proximité. Souffrir par autrui, c’est l’avoir à charge, le supporter, être à sa place, se consumer par lui. Tout amour ou toute haine du prochain comme attitude réfléchie, supposent cette vulnérabilité préalable : miséricorde «gémissement d’entrailles». Dès la sensibilité, le sujet est pour l’autre : substitution, responsabilité, expiation.

Humanisme de l'Autre Homme, 105

Le visage où autrui se tourne vers moi, ne se résorbe pas dans la représentation du visage. Entendre sa misère qui crie justice ne consiste pas à se représenter une image, mais à se poser comme responsable, à la fois comme plus et comme moins que l’être qui se présente dans le visage. Moins, car le visage me rappelle à mes obligations et me juge. L’être qui se présente en lui vient d’une dimension de hauteur, dimension de la transcendance où il peut se présenter comme étranger, sans s’opposer à moi, comme obstacle ou ennemi. Plus, car ma position de moi consiste à pouvoir répondre à cette misère essentielle d’autrui, à me trouver des ressources. Autrui qui me domine dans sa transcendance est aussi l’étranger, la veuve et l’orphelin envers qui je suis obligé.

Totalité et Infini, 237

Billet d'humeur : Représentation... ou caricature!

Controverse au sujet de l'idée des "représentations"

Le sujet a-t-il le moyen d’échapper à ses propres représentations idéalistes et idéologiques de l’autre homme ? Autour de la question des "caricatures" nous pouvons risquer une nouvelle appropriation des concepts lévinassiens et nous laisser interpeller par "l'autre-homme" en sa qualité de prochain et de tiers, par ses "droits" alors même que dans sa proximité, autrui bien souvent heurte et agresse le sujet qui persiste dans sa mêmeté.

Le sens de l’humain ne se mesure pas par sa présence à lui-même, mais par sa signification éthique, c’est-à-dire son orientation dans la proximité d’autrui. L’éveil à un psychisme vraiment humain ne saurait en rester à un état de demi-veille. Derrière la prise de conscience, l’ultime motivation d’une conscience responsable consiste dans la question sur le droit d'exister tout en restant en éveil quant à son désir de persister dans son désir (totalitaire) d'être.

A chaque concept correspond une image acoustique et une représentation déterminée. C'est ainsi, que l’idée d’autrui se laisse interpeller par la question du désir de l’Autre : «Que me veut l’Autre ?»; mais aussi par la nécessaire réponse à la remise en question de mon propre désir : «Qui est-il pour moi ?».

Cette "exposition" renvoie à l'idée de "séparation" et à une responsabilité pour-l'autre où la justice consiste non pas à (se) représenter l'autre mais à se présenter dans un face-à-face où "répondre à autrui" consiste à "répondre de lui", sans s'opposer à lui, sans présumer de sa non-indifférence.

Dans l'actualité autour des "caricatures", la sensibilité -exarcerbée lorsqu'elle s'enferme dans l'idée de "mêmeté"- et la responsabilité -inculte lorsqu'elle se soustrait à la dimension de hauteur- sont des attitudes éthiques qui pourraient guider tous ceux qui souhaitent rester "homme pour l'autre homme".

Comment peut-on comprendre une liberté d'ex-pression qui se décline en terme de peur de la différence d'autrui? Que faut-il attendre de conduites humaines qui restent inscrites dans le cadre légal posé par le législateur mais qui portent atteintes à un moment donné de l'histoire aux références culturelles et religieuses d'une communauté humaine?

Nul doute que dans les événements qui occupent l'actualité et qui en appellent au devoir de mémoire nous vivons dans une société en (crise de) croissance qui redécouvre, après avoir exalté l'individualisme, une dimension collective et spirituelle des "droits de l'homme".  

11 février 2006
G.S.


Date de création : 11/02/2006 - 10:57
Dernière modification : 11/02/2006 - 11:28
Catégorie : Le billet d'humeur
Page lue 3928 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


Nouveauté


Levinas sur Kindle



Livres de Levinas pour liseuse Kindle


Recherche





Nouvelles RSS

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne


^ Haut ^

Espacethique : l'aventure éthique de la responsabilité à partir de la vie et de l'oeuvre d'Emmanuel Levinas ©  2000-2017

Notice légale | Plan du site | Boutique en ligne @Store | Contact
Conformément à la Loi n° 78-17 du 6 Janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés
vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.
Site déclaré auprès de la CNIL le 4/11/2005 sous n°1131097
« Espacethique participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers amazon.fr/ . »







  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL