Espacethique : Emmanuel Levinas

http://espacethique.free.fr/

Justice et Société (Thèmes)

outpedlogo.gif

Est-il possible de s’approcher librement et en toute confiance d’un plus démuni que soi ? Dans une démarche de justice que Lévinas entend comme une «miséricorde sans merci», le terrible équilibre de la conscience consiste à ne pas emprunter la voie d’une violence physique alors que l’image acoustique convoque l’esprit sous forme de réduction. La langue française nous laisse entendre une justice «sans merci», c’est-à-dire sans rien laisser passer à l’autre. La miséricorde quant à elle nous invite à la gratuité, c’est-à-dire à une approche de l’autre sans espoir de «remerciement». Au cœur de l’œuvre de proximité, l’effort du sujet responsable consiste à se rendre sensible à la présence d’autrui sans pour autant supprimer la temporisation de l’acte charitable. La miséricorde vient certainement repousser les frontières traditionnelles de la justice humaine. Mais la justice est la condition première pour que la miséricorde ne se convertisse pas en une nouvelle violence exercée sur autrui.

Miséreux, autrui anticipe le moment de la confrontation à la situation limite de la mort. Indigent, il bouleverse l’ordre économique et social. La nudité de son humanité rend «voyeur» tout être qui s’approche de lui et «coupable» celui qui le maintient dans cette situation d’inégalité. La précarité même d’autrui fait sortir ce dernier de l’anonymat et dénonce de façon scandaleuse tout sujet qui persiste dans son être et ses avoirs. S’approcher d’autrui c’est accepter de prélever sur son propre compte la nécessaire matérialité qui symbolise la proximité réalisée. Mais ce qui agresse le plus le sujet, c’est moins la présence d’autrui dans son indigence que le continuel dépouillement d’un Moi soumis à l’épreuve d’une bonté refusée à celui qui réclame justice. Il est intolérable pour l’esprit humain de s’arranger perpétuellement, en présence d’autrui, de sa propre impuissance. Et pourtant, c’est bien au cœur de cette résistance de la corporéité que l’ouverture au transcendant se réalise et replace tout sujet inégal dans sa condition originelle de socialité et de fraternité.